TEL : 04 91 76 70 40

Modalités pratiques de la veille

Du premier contact avec l'adolescent à la fin de la veille, comment se déroule le travail de l'Asma auprès de l'adolescent et sa famille.

Asma travaille avec les adolescents (moins de 18 ans), domiciliés dans les Bouches du Rhône et ayant été hospitalisés à la suite d’une tentative de suicide ou d’une période de mal-être avec idées suicidaires (« crise suicidaire »).

Nous sommes sollicités par nos partenaires (cellule de pédopsychiatrie hospitalière) pendant l’hospitalisation de l’adolescent, après évaluation pédopsychiatrique, ou par tout autre partenaire extra-hospitalier, en général après une évaluation psychiatrique ambulatoire (hors cadre d’hospitalisation).

Si l’adolescent est hospitalisé, un membre de notre équipe lui rend visite à l’hôpital pour lui présenter notre dispositif et lui expliquer les modalités de la veille téléphonique. S’il accepte le recontact, nous contactons la famille ou le représentant légal de l’adolescent pour lui faire la même présentation et obtenir son accord. La présentation pourra se faire au téléphone si l’adolescent est déjà sorti, du moment que l’accord parental a été obtenu par le partenaire demandeur.

L’entrée dans notre système de recontact s’appelle une inclusion.

Si l’adolescent n’est pas/plus hospitalisé, le pédopsychiatre de notre association présentera Asma au téléphone à la famille.

Une fois que l’adolescent et la famille ont accepté le dispositif et que l’inclusion est effective, une référente est attribuée. Celle-ci prendra contact avec l’adolescent et sa famille selon un protocole défini :        

-         Tous les mois pendant les 3 premiers mois (M1, M2, M3)

-         Tous les 3 mois jusqu’à le fin de la veille (M6, M9 et M12, soit 6 contacts au minimum)

Cette fréquence peut varier pour différentes raisons :

-         Une récidive entraine la prolongation de la veille durant 6 mois

-         Inquiétude particulière des professionnels impliqués dans le suivi de l’adolescent (des rencontres multi partenariales peuvent être organisées pour discuter des situations complexes)

-         Si l’adolescent fait partie du Groupe à Haut Risque de récidive (les critères d’appartenance à ce groupe ont été déterminés d’après la revue de la littérature et de l’analyse clinique des situations d’Asma) ; dans ce cas, deux contacts supplémentaires sont ajoutés (M4 et M5)

 

Lieux d'accueil et de soins pour adolescents à Marseille

ASMA - Association Suicide et Mal-être de l'Adolescent - 2018